Actualité à la Hune

ULTIM

Yves Le Blevec : «C’est une grande nouvelle !»

Yves Le Blevec prendra le départ du tour du monde en solitaire de 2019 réservé aux Ultim à bord de l’actuel Sodebo Ultim’. Son sponsor, Actual, a en effet décidé de racheter l’actuel trimaran de Thomas Coville, celui-ci disposant d’un trimaran neuf, actuellement en construction, pour cette même épreuve. Une excellente nouvelle pour le skipper trinitain qui a perdu en décembre dernier son propre trimaran – Actual Ultim – suite à un chavirage au large du cap Horn provoqué par la casse d‘un bras de liaison. C’est un Le Blevec aux anges qui nous détaille cette acquisition mais aussi le programme qui l’attend à son bord, tout en annonçant à demi-mot le lancement d’un futur trimaran !
  • Publié le : 28/03/2018 - 15:57

Yves Le BlévecYves Le Blévec, ici à l'avant de son précédent trimaran, peut être aux anges : il disposera d'un bateau compétitif lors du tour du monde 2019 et envisage la construction d'un nouvel Ultim. Photo @ Thierry Martinez/Actual

Voilesetvoiliers.com : Depuis quand travaillez-vous sur le projet du rachat de Sodebo Ultim’ ?
Yves Le Blevec :
On travaille sur ce projet-là depuis mon retour de cette tentative de tour du monde à l‘envers qui s’est arrêtée brutalement (par un chavirage au cap Horn le 14 décembre 2017, ndlr). Avant cette tentative, nous l’avions évoqué en nous posant la question de savoir si cela valait le coup de continuer avec le bateau que nous avions alors et de nous concentrer pour disposer ultérieurement des moyens d’avoir un bateau aussi performant que les autres. Le Sodebo actuel est au maximum de son potentiel alors que les bateaux récents (Macif, Banque Populaire IX, Maxi Edmond de Rothschild, ndlr) ont une marge de progression plus importante, et ce en toute logique avec les progrès de l’architecture navale. La perte d’Actual Ultim en décembre 2017 a changé la donne.

Voilesetvoiliers.com : Vous aviez aussi la possibilité de lancer un Ultim neuf…
Y.L.B. :
C’était l’une des solutions étudiées. Et c’est toujours à l’ordre du jour car Actual projette son entreprise à l’horizon 2024, à savoir sur ce que sera devenu ce groupe dans six ans. Et moi je me projette dans ce cadre pour l’aspect sportif dans cette perspective des six années à venir. Quel projet retenir ? Quand démarrer les études pour disposer d’un bateau qui soit au top de sa progression au bon moment ? Le bateau neuf fait partie de ces études-là. Et nous nous étions dit qu’en démarrant la construction d’un nouvel Ultim maintenant, nous ne pourrions pas prendre part au Tour du monde en solitaire 2019-2020 qui est l’objectif que nous nous sommes tous fixés.

Voilesetvoiliers.com : Le rachat de Sodebo répond donc à cette urgence.
Y.L.B. : Voilà. Etre au départ du tour du monde avec un bateau totalement compétitif ; être dans le match avec les autres. Mais ce n’est pas forcément le support qui va nous accompagner dans les six années à venir.

Actual UltimActual Ultim perdu au large du cap Horn, il sera remplacé par l'actuel Sodebo Ultim' de Thomas Coville.Photo @ Thierry Martinez/Actual

Voilesetvoiliers.com : Le projet est donc d‘acheter ce bateau-là tout en lançant la construction d’un nouveau ?
Y.L.B. : On présente un projet en ce sens. Mais le programme est difficile à dire à ce stade-là. Mon job vis-à-vis d’Actual est de présenter un projet pour être le plus performant possible avec un arbitrage que Samuel Tual effectuera lui-même. Je lui donne les pistes.

Voilesetvoiliers.com : L’actuel Sodebo peut-il encore évoluer en vue du tour du monde 2019 où est-il au bout de son évolution ?
Y.L.B. :
Je vous en dirai un peu plus lorsque nous aurons pu entrer plus dans le détail du bateau. Rien n’étant signé avant, on ne pouvait pas discuter en détail avec l’équipe Sodebo. Ce bateau est arrivé à maturité. Il a un gros potentiel de vitesse : on l’a vu sur la Transat Jacques Vabre où il gagne en une semaine de course. Je n’ai pas encore les réponses sur son potentiel d‘évolution. Mais nous avons des éléments. Si l’équipe Sodebo a décidé de lancer un nouveau bateau, c’est qu’elle considère que pour avoir une unité plus efficace il fallait changer de plate-forme. C’est son analyse avec les éléments dont elle dispose et que je n’ai pas tous encore.

Voilesetvoiliers.com : Il n’empêche qu’avec ce bateau vous serez beaucoup plus dans la course qu’avec l’Actual Ultim perdu au cap Horn…
Y.L.B. : De manière incomparable. Même s’il y a un delta de vitesse entre mon futur bateau et ceux qui naviguent et qui sont un petit poil plus rapides, cet écart n’a rien à voir entre Actual Ultim et le reste de la flotte ! On est tout proche, au même niveau. Je serai dans le match. L’avantage notamment par rapport au futur Sodebo (actuellement en construction et qui sera lancé après la Route du Rhum 2018, ndlr), par exemple, c’est qu’il sera parfaitement fiable et au point.

SodeboAvec ce bateau, Thomas Coville a battu le record autour du monde en solitaire et gagné la dernière Transat Jacques Vabre. Il le cédera à Yves Le Blevec après la Route du Rhum 2018.Photo @ Yvan Zedda Sodebo

Voilesetvoiliers.com : Même si c’est la société Actual qui achète ce bateau, pour vous en tant que skipper c’est une super nouvelle !
Y.L.B. : Oui, absolument ! Samuel Tual a tout de suite pris la main après l’accident de fin 2017 : pour lui, cette aventure n’a pas marché mais elle fait partie de l’histoire et on continue ! Il ne fait pas que le dire, il agit. J’ai affaire à un chef d’entreprise qui assume totalement et qui sait qu’en allant dans la course au large, tu communiques sur l’extrême, le risque, l’engagement… des éléments qui suscitent l’admiration. Mais il en prend sa part, car il sait que ce n’est pas sans risque. Une cohérence et un dynamisme dans l’engagement

Voilesetvoiliers.com : Combien s’achète un tel bateau ?
Y.L.B. :
Honnêtement, je ne sais pas…

Voilesetvoiliers.com : Allons…
Y.L.B. :
Non. J’ai donné des éléments mais je ne connais pas la finalité de la discussion entre Samuel Tual et Patricia Brochard (patronne de Sodebo, ndlr). Je sais qu’il y avait un écart dans les discussions mais je ne sais comment il a été comblé, ni par qui. Je laisse à Samuel Tual le soin de l’annoncer s’il le désire. Ce qui est certain, c’est que nous aurons le bateau après la Route du Rhum 2018. Si Actual et Sodebo signent une promesse de vente, le transfert de propriété s’effectuera fin 2018.

Voilesetvoiliers.com : Du coup, vous n’allez pas me dire non plus le budget global du projet ?
Y.L.B. :
Je laisse à Samuel Tual là aussi le soin de communiquer s’il le désire (ce même Samuel Tual a révélé de son côté que le budget annuel était de 3 millions d'euros, soit 0,5 % du chiffre d'affaire d'Actual qui est de 600 millions d'Euros. Ce serait le plus petit budget de la classe Ultim. ndlr). Ce que je peux annoncer, c’est que l’équipe va passer de sept à dix personnes. On augmente proportionnellement au couple de redressement du nouveau bateau face à celui du précédent Actual Ultim ! (rires) Là encore, c’est une grande nouvelle.

Victoire Mini 2007Le partenariat entre la société Actual et Yves Le Blévec remonte à 2001. En 2007, c"est sous ces couleurs-là que le skipper gagnait la Mini Transat à Salvador de Bahia. Photo @ Thierry Martinez/Actual

Voilesetvoiliers.com : Et le programme, ensuite ?
Y.L.B. :
Le programme sera très simple : entrée en chantier fin 2018 et mise aux couleurs du nouveau parrain. Fin avril 2019, ce sera la course Lorient-Les Bermudes-Lorient. Ensuite, entraînements en solitaire, dont une qualification à faire par le biais d’une traversée de l’Atlantique et puis le départ du tour du monde (de Brest, le 29 décembre 2019, ndlr) c’est-à-dire demain !

Voilesetvoiliers.com : Avant d’avoir ce bateau, allez-vous naviguer avec Thomas Coville et son équipe ?
Y.L.B.
 :
Nous avons discuté sur les grandes lignes de ce qu’il est possible de faire notamment dans le cadre du transfert de propriété. Et sur le principe d’aller naviguer à bord, moi et l’équipe on doit encore le définir. Mais ce sera simple : Thomas et moi sommes voisins de ponton à La Trinité depuis des années. C’est dans l’intérêt de tous de collaborer. Pour l’équipe de Thomas, avoir celle d’Actual à bord à l’occasion sera d’autant plus intéressant qu’ils ont actuellement un bateau en chantier à terminer ! Sinon, j’ai bien identifié ce qui ne sera pas transmis par l’équipe Sodebo. Ils ont des espaces techniques qu’ils souhaitent garder pour eux et c’est normal.

Yves Le BlévecQuelques heures, avant son chavirage au large du cap Horn le 14 décembre dernier, Yves Le Blevec prenait ce selfie avec les côtes de Terre de Feu en toile de fond.Photo @ Yves Le Blévec/Actual

Voilesetvoiliers.com : En attendant vous allez disputer la course Nice UltiMed à bord de l’ancien Gitana 11 (trimaran avec lequel Lionel Lemonchois a gagné la Route du Rhum 2006 et dont la longueur a été portée à 23,38 mètres) loué pour l’occasion. C’est histoire de montrer votre attachement à la Class Ultim ?
Y.L.B. :
Exactement. Et c’est important car le collectif Ultim était impliqué avec Nice et ASO pour monter cet événement en s’engageant sur un minimum de quatre bateaux au départ. La perte d‘Actual Ultim posait des problèmes (du coup, en plus de ce bateau seront présents Sodebo Ultim’, Banque Populaire IX et IDEC Sport, ndlr). La classe a voulu respecter cet engagement. Ce bateau est léger et rapide et s’il n’y a pas trop de mer il peut tenir des cadences élevées mais dès qu’il y aura des vagues, les différences de vitesses entre lui et les autres seront notables. Mais dans certaines conditions on pourra jouer !

Voilesetvoiliers.com : Et du coup pas de Route du Rhum pour vous !
Y.L.B.
 :
À moins de faire une «Loïck Peyron» (qui fut appelé à la dernière minute en 2014 pour remplacer Armel Le Cléac’h à la barre de Banque Populaire, gagnant du coup cette transat, ndlr), je n’ai pas de bateau.