Actualité à la Hune

40 ans de la Solitaire du Figaro

Armel Le Cléac’h, le nouveau roi du Figaro

Déjà vainqueur en mai - pour la deuxième fois - de la Transat AG2R en double, Armel Le Cléac'h (Brit Air) s'est octroyé mercredi soir à Cherbourg - pour la deuxième fois également - la si difficile Solitaire du Figaro en remportant la 4e et dernière étape. Sans un petit excès de confiance à l'approche du Fastnet dans la 3e étape, il aurait même pu réaliser le grand chelem. 2010 est donc l'année Le Cléac'h qui tentera en novembre d'ajouter avec la Route du Rhum en 60 pieds une nouvelle ligne à son superbe palmarès.

  • Publié le : 19/08/2010 - 02:26

Armel Le Cléac'h, doublel vainqueur de la Solitaire du Figaro Les bras en croix, Armel Le Cléac'h a survolé cette 41e Solitaire du Figaro dont il a remporté trois étapes sur quatre. Photo © Jean-Christophe Marmara/Alexis Courcoux (Le Figaro)

Sa Majesté Mémel !
Trois victoires d'étapes sur quatre ! Un exploit qui n'était plus arrivé depuis 1988 et les malheurs d'Alain Gautier, vainqueur des trois premières étapes mais détrôné de la victoire au général sur la quatrième par le bizuth Laurent Bourgnon. Ce ne fut heureusement pas le cas pour Armel Le Cléac'h qui a littéralement survolé cette 41e édition de la solitaire. Sans son petit excès de gourmandise à l'approche du Fastnet, alors qu'il était en tête de cette troisième étape, il pouvait réaliser un historique grand chelem sur les quatre étapes - il termine 6e à Kinsale à seulement 16 minutes du premier.
Jusqu'à présent, seul Patrick Eliès a remporté toutes les étapes de la Course de l'Aurore 1979 qui ne comptait que trois étapes à l'époque. Après sa victoire historique de seulement 13 secondes (un record) d'avance en 2003 sur Alain Gautier, Armel Le Cléac'h entre dans le club fermé des doubles vainqueurs et rejoint Jean-Marie Vidal (72-87), Gilles Le Baud (73-78), Guy Cornou (75-76), Gilles Gahinet (77-80) et Nicolas Troussel (2006-2008).
Trois autres marins, Philippe Poupon (82-85-95), Jean Le Cam (94-96-99) et Michel Desjoyeaux, (92-98-2007) l'ont remporté trois fois.

Mais cette petite erreur irlandaise lui a rendu une once d'humanité auprès de ses adversaires qui commençaient à le comparer à une machine. <Finir deuxième de l'étape à Cherbourg derrière Armel, c'est finir premier humain !>, plaisantait mercredi soir Corentin Douguet (E.Leclerc Mobile) sur les pontons normands.
Déçu par sa prestation de l'an dernier, Armel Le Cléac'h avait à coeur de redorer son blason et d'avoir la main mise sur la course cette année. Mais il n'imaginait pas une telle domination. <Je ne réalise pas. Gagner le Figaro de cette manière, je suis super heureux, déclarait-il à peine la ligne franchie. J'étais venu pour rattraper la mauvaise copie de l'an dernier, j'avais à coeur de bien naviguer sur les quatre étapes. A chaque fois, j'étais vraiment dans le match. Sur l'eau, c'était la magie avec le bateau, la stratégie. J'étais en phase avec ce que je voulais faire. J'ai pris énormément de plaisir à chaque étape... Je suis très content de rejoindre mon pote Nico (Troussel)> dans le club des doubles vainqueurs.

François Gabart, la révélation Champagne pour François Gabart, 3e de l'étape et 2e au général. Le futur co-skipper de Foncia 2 avec Michel Desjoyeaux a démontré qu'il avait tout d'un grand marin. Photo © Jean-Christophe Marmara (Le Figaro) François Gabart, la révélation
Trois fois sur le podium (3e, 2e, 18e et 3e) en quatre étapes, François Gabart (Skipper Macif 2010) s'octroie logiquement la deuxième place au classement général.
Le Professeur Desjoyeaux ne s'était pas trompé en le choisissant au printemps pour l'accompagner sur la prochaine Barcelona World Race. Le talent n'attend pas les années. Ce jeune marin de 27 ans s'est révélé dès sa troisième participation - 13e, puis 10e en 2008 et 2009. Il a prouvé qu'il avait toutes les qualités des grands skippers.
Performant et régulier, sa seule "contre-performance" avec une 18e place à Kinsale s'explique par un début de course théâtral. En tête au passage de la première bouée, il est victime d'une collision avec Thomas Rouxel (Crédit Mutuel de Bretagne) qui lui arrache les instruments en tête de mât. Une avarie qui empêchera pour tout le reste de l'étape le pilote de barrer en mode vent, très précieux en course. Quelques minutes plus tard, il talonne violemment et s'échoue en jouant trop près des cailloux dans le goulet de Brest. <J'ai affalé toutes les voiles et je suis descendu sur le caillou pour pousser et faire pivoter mon bateau. J'ai réussi à le déséchouer>, racontait-il encore un peu choqué quelques heures après l'accident.
A l'arrivée à Cherbourg, le marin à la tignasse blonde pouvait laisser exploser sa joie de terminer deuxième derrière Armel Le Cléac'h. <Je suis super fier et content d'être deuxième derrière Armel. Il était intouchable cette année. De mon côté, j'ai progressé partout et c'est agréable. J'ai pris un échelon par rapport à l'an dernier, je ne suis plus du tout le même.>

Nouveau podium pour Corentin Douguet Malgré ses efforts sous spi, Corentin Douguet n'arrivera pas à doubler Armel Le Cléac'h et termine 3 minutes 4 secondes derrière à Cherbourg. Photo © Jacques Vapillon

Deuxième podium pour Corentin Douguet
Déjà troisième de la Solitaire 2007 derrière Michel Desjoyeaux et Fred Duthil, Corentin Douguet a réalisé une superbe dernière étape, en restant accroché <comme une bernique> dans le sillage de Le Cléac'h. Deuxième à Cherbourg, il grimpe du même coup sur la troisième marche du podium en remontant dix places au classement général. <Troisième au général... Si on m'avait dit ça à Kinsale, j'aurais éclaté de rire. J'étais juste parti pour faire une belle étape, dans les dix premiers. Mais de là à imaginer ça... C'est vraiment une super cerise sur le gâteau !>
Le skipper d'E.Leclerc Mobile est modeste. Car avec trois étapes dans les dix premiers (7e à Gijon, 24e à Brest, 5e à Kinsale et 2e à Cherbourg), Corentin Douguet a également démontré qu'il avait franchi un palier cette année et pouvait rivaliser avec les ténors de la classe. Sur un petit nuage, il n'en oubliait pas de saluer la performance de ses prédécesseurs. <J'ai appelé Armel à la VHF juste avant la ligne pour le féliciter. Sa performance est tout simplement monstrueuse. Bravo aussi à François qui a fait une course superbe.>

Au classement général provisoire avant jury, Eric Péron, l'autre Skipper Macif, occupe la 4e place juste devant le double Champion de France Gildas Morvan (Cercle Vert), 5e, toujours bien placé mais pour qui la Solitaire du Figaro se refuse pour la 15e fois...