Actualité à la Hune

Trophée des Multicoques 2018

Marc Guillemot : « Relancer un événement convivial et de qualité ! »

De coureur au large réputé, Marc Guillemot se transforme en organisateur ! Ce passionné de multicoques, installé à La Trinité-sur-Mer, a décidé de relancer une épreuve qui fit les beaux jours de son port d'attache mais en l’étendant à tout le Morbihan et en invitant tous les multicoques qui existent ou presque. Un projet ambitieux qui verra le jour en août 2018 et qu’il présente en exclusivité pour voilesetvoiliers.com.
  • Publié le : 07/09/2017 - 00:01

Marc Guillemot.Skipper renommé autant sur multicoques océaniques qu'en monocoques IMOCA - entre autres - Marc Guillemot est désormais coiffé d'une casquette d'organisateur.Photo @ Benoît Stichelbaut

Voilesetvoiliers.com : Vous avez décidé de relancer le Trophée des Multicoques qui fit les beaux jours de ces bateaux voilà plus de trente ans…
Marc Guillemot :
Le premier Trophée des Multicoques se disputa en 1980. Dans les années 80, cette épreuve a généré une vraie éclosion des multicoques, des bateaux de croisière jusqu’aux géants. Ensuite il y eut les Grand Prix des Multicoques puis les Grand Prix ORMA. Actuellement, il se passe peu de compétitions pour les gros. Du coup on est parti de l’idée de lancer ce qui fit ce succès dans les années 80 mais avec les bateaux d’aujourd’hui et ce du mardi 28 août au vendredi 31 août 2018.

Voilesetvoiliers.com : Comment est née l’idée ?
M.G. :
Beaucoup de gens entre La Trinité et Lorient avaient émis cette idée. En parallèle à de nouveaux projets de compétition, j’ai eu envie de la concrétiser. Le multicoque m’a profondément marqué dans ma carrière. Du coup je me suis mis cette casquette d’organisateur sur la tête, sans trop imaginer qu’en posant la première pierre voilà quelques semaines, ce Trophée allait susciter autant d’intérêt ! À défaut de défi sportif cela devient un objectif excitant. Je veux relancer un événement convivial et de qualité ! Lancer un Trophée, intéressant sportivement, festif, dans la bonne humeur, attirant pour les médias car nous serons à deux mois du départ de la Route du Rhum 2018, qui partira le 4 novembre de Saint-Malo.

Paul RicardPaul Ricard, le trimaran foiler d'Eric Tabarly, participa au premier Trophée des Multicoques en 1980.Photo @ Archives Bateaux-DPPI

Voilesetvoiliers.com : Et forcément à La Trinité ?
M.G. :
On s’est posé la question mais nous voulions à la base que ce soit dans le Morbihan. Compte tenu de la taille et du nombre des bateaux, il devint vite difficile d’imaginer mélanger les flottes et de les mettre toutes dans un même port. On a décidé de construire un pont entre Lorient et La Trinité pour les Ultim, Multi50, ORMA, MOD70. Mais, pour vraiment créer un événement morbihanais on s’est dit que cela ne suffisait pas. Nous sommes donc allés voir l’École Nationale de Voile pour savoir s’ils accepteraient de monter une épreuve pour les bateaux volants. Ce qui sera le cas. C’est un Trophée des multicoques Open ; ce ne sera pas des épreuves de classe. Bien sûr si, par exemple, les GC32 viennent, ils auront une épreuve spécifique. Mais nous les englobons dans l’organisation générale. Cela peut être des Nacra, des Flying Phantom, des Easy to Fly. Les Diam 24 courront eux dans le golfe du Morbihan. Il y aura aussi les Multi2000 qui pourraient être hébergés à Port-Haliguen puis Port-Louis ou Locmiquélic. Et bien sûr des catamarans de croisière – dans l’esprit des premiers Trophées - entre le golfe, Houat et Hoëdic. Ils ne feraient pas de régate mais un ralliement et des rallyes pour être dans l’événement et se rendre aux passages des bouées des différentes courses. On organise une épreuve où on accepte tout le monde sur des sites différents.

Voilesetvoiliers.com : Comment cela va-t-il fonctionner ?
M.G. :
Les Ultim partiront de Lorient le 28 août pour une course au large dans le golfe de Gascogne de manière à arriver à La Trinité le lendemain après-midi. Ce même mercredi 29, partiront de La Trinité les Multi50, ORMA, MOD70 ainsi sans doute que Prince de Bretagne… pour une course au large à destination de Lorient. Ce même jour encore, les Multi2000 disputeront une régate entre Port-Haliguen et Port-Louis ou Locmiquélic. Il y aura aussi des runs sur un mille pour les Ultim et les Multi50 ; des runs entre l’ENV et l’embouchure de la rivière de La Trinité pour les bateaux volants. Au cours de ce Trophée des Multicoques, il y aura aussi un tour de Belle Île et des îles voisines pour toutes les catégories avec des départs en différents lieux.
Nous en avons parlé aux différentes classes. Une grande majorité des marins sont intéressés, le plus enthousiaste étant Francis Joyon. On a géré au niveau des calendriers pour ne pas être en concurrence avec d’autres épreuves, comme le Grand Prix des Multi50 à Saint-Quay-Portrieux. C’est un des éléments que nous a imposé le Président de la FFV, Nicolas Hénard : ne pas chevaucher des épreuves existantes.

Multi2000En avril dernier, les multicoques étaient déjà de retour en compétition à La Trinité-sur-Mer lors du Spi Ouest-France. Une belle réussite avec un flotte de dix-sept Multi2000 dont quinze trimarans et deux catamarans.Photo @ Didier Ravon
Voilesetvoiliers.com : Et quels sont les retours des autorités ?
M.G. :
On défriche depuis quelques semaines. L’adhésion est super au niveau du département. On a présenté notre projet aux différents ports et communes. Maintenant c’est parti ! L’événement aura lieu. Sont aussi impliqués la Société Nautique de La Trinité, le Centre Nautique de Lorient, Lorient Grand Large, la Compagnie des Ports du Morbihan, la Sellor pour le port de Lorient et beaucoup d’autres. C’est ambitieux. Déjà, organiser un événement avec un club sur une seule ville, c’est du boulot. Là, on part avec plusieurs lieux et un mélange de flottes. De plus, l’un des objectifs majeurs sera de faire appel aux compétences locales pour la direction de course, la production des images, le suivi de la presse… Tous les prestataires qui interviendront seront locaux. Nous n’avons pas encore de partenaires privés mais, avant de les démarcher, il nous fallait l’accord des autorités locales.

Voilestevoilers.com : Vous n’avez pas peur qu’en l’organisant sur plusieurs sites, cela aille à l’encontre de cette convivialité que vous désirez ?
M.G. :
C’est possible mais si nous faisons un Trophée uniquement à La Trinité ou uniquement à Lorient, on ne peut le faire qu’avec des Ultim ou des Multi50. Ce serait carrément plus simple ! Mais nous ne serions pas dans l’esprit des créateurs et participants des Trophées des années 80. Impliquer tout le Morbihan complexifie. Mais il suscite ainsi un grand intérêt global. On veut aussi qu’à terre ce soit une fête populaire : pas de villages fermés mais tous grands ouverts ; des bateaux à passagers autant à Lorient qu’à La Trinité pour embarquer gratuitement des spectateurs locaux sur les départs sans que se pose le problème de l’argent. On fera aussi en sorte que les métiers du terroir soient mis en valeur : des ostréiculteurs aux pécheurs jusqu’aux chantiers navals, CDK et Multiplast en tête et les plus petits, tous les métiers du nautisme...

IDEC SportFrancis Joyon, skipper de l'Ultim IDEC Sport, s"est montré très enthousiaste concernant la renaissance du Trophées des Multicoques. Photo @ Jean-Marie Liot / DPPI / IDEC

Voilestevoilers.com : C’est une reconversion pour vous ?
M.G. :
Je ne sais pas si c’est momentané ou définitif. J’ai vu une casquette passer et c’était marqué « organisation » dessus. Peut-être s’envolera-t-elle dans deux ou trois ans… C’est un projet ambitieux. J’y vais avec excitation, curiosité et envie d‘apprendre l’autre face des courses. Quand tu es coureur, tu critiques ! Et je l’ai fait ! (rires) Pour avoir été si souvent sur des courses, je veux d’abord que cela soit convivial, que les coureurs y trouvent un intérêt, que les partenaires soient contents, que les spectateurs s’éclatent… que tout le monde s’y retrouve. On fera tout pour que cela soit le cas et pour que tout le monde ait envie de retrouver cet événement l’année suivante de manière à le pérenniser sur une base annuelle.

Gauloises IVEric Loizeau, à bord de Gauloises IV (photographié ici au départ de la Transat anglaise 80) fut le premier vainqueur du Trophée des Multicoques organisé à La Trinité-sur-Mer en 1980.Photo @ Jacques Bernard/DPPI
Le Trophée des Multicoques

En mai 1980 se déroulait à La Trinité-sur-Mer le premier Trophée des Multicoques à l’initiative d’Eric Loizeau. Celui-ci avait bien envie de parfaire son entraînement à domicile à bord de son Gauloises IV, avant de prendre part à la Transat anglaise le mois suivant. Une idée qu’avait déjà un groupe d‘étudiants de l’ESIEA (École supérieure d'informatique d’électronique et d’automatique), prenant en charge ce dossier et qui réussissait une première fort appréciée, gagnée par ce même Loiseau. Y participaient Éric Tabarly avec son Paul Ricard, Phil Weld (qui devait gagner la Transat le mois suivant) sur son Moxie, Trimama (improbable trimaran à foils avec un mât sur chaque coque !), le déjà vieux Cap 33 rebaptisé alors Maurice Lidchi Entreprises, etc. Et dès cette première, les multicoques de croisière étaient intégrés avec une flotte de douze unités. Très vite, l’événement prenait de l’importance et, dès la quatrième édition en 1983, 30 coursiers océaniques et 25 multis de course-croisière étaient au départ. Ce rendez-vous des multicoques, organisé jusqu’au début des années 90 baissait peu à peu pavillon, devenant ensuite Grand Prix pour être de facto réservé aux plus grandes classes avant d’être définitivement arrêté.